Apprendre une langue en autodidacte

Apprendre une langue en autodidacte
22
janvier
2017

Eh oui, nous n’avons pas tous la chance d’avoir eu des parents bilingues et d’avoir une prédisposition à parler les langues étrangères. Beaucoup vous décourageront en vous disant qu’être bilingue est impossible si vous n’avez pas au moins un parent issu d’une autre culture linguistique.*

La difficulté de l’apprentissage

En réalité, il faut tout simplement prendre conscience que l’on n’apprend pas de la même manière à tous les âges, mais rassurez-vous, l’apprentissage n’a pas d’âge limite. Je dirai même qu’il ne faut jamais cesser d’apprendre, c’est le secret de la culture.

Se lancer

Il est vrai que, apprendre une langue étrangère dès l’enfance représente un atout considérable puisque que le cerveau de l’enfant est beaucoup plus malléable. Certains spécialistes considèrent même que l’apprentissage de trois langues – plus ou moins maîtrisées – avant dix ans facilite l’apprentissage de l’individu pour toute autre langue.

Les enfants peuvent s’y intéresser de leur plein gré, et c’est aussi peut-être là que se trouve le secret d’un bon apprentissage en autodidacte, ne pas se sentir forcé de le faire mais développer par soi-même une certaine passion pour les langues vivantes et la culture de divers pays. Mais, me direz-vous, comment apprendre et s’y intéresser par soi-même, et par où commencer ?

Fixer son objectif

Pourquoi est-ce que j’apprends cette langue ? Est-ce que c’est pour voyager, pour mon travail, pour découvrir la culture dans son ensemble ou tout simplement pour pouvoir frimer un peu.. Il est important de savoir la raison pour laquelle on apprend une langue, et le niveau que l’on souhaite atteindre : évidement, vous vous dites que le niveau bilingue c’est ce que vous attendez de l’apprentissage d’une langue, mais il faut mesurer le niveau espéré en fonction du temps que l’on est prêt à y consacré.

Les différents supports

Les méthodes de langue

De nombreuses méthodes vous sont proposées pour apprendre à parler une langue. Il faut faire très attention, car les éditions vous font miroiter tel ou tel niveau, qui ne sera sans doute pas atteint pour autant à la fin de la méthode, de plus, arriver à la fin d’une méthode de langue, c’est un peu utopique. Si vous souhaitez réellement connaître une langue sous toutes ses facettes et que vous être prêt à y consacrer un maximum de temps, je vous conseille la méthode Assimil, qui sera répondre à vos besoins.

La musique

Combinée à un apprentissage régulier de la langue, la musique peut vous être grandement utile. D’une part, vous aurez une idée plus précise de la prononciation, mais les chansons sont aussi une source inépuisable de vocabulaire. Un bon conseil, lorsque vous écoutez une musique, regardez les paroles, essayez de dégager un sens de ce que vous entendez, et faites attention non seulement au vocabulaire, mais aussi aux tournures de phrases et expressions qui peuvent vous empêcher de faire certaines fautes.

La lecture

Lire, un grand classique de l’apprentissage d’une langue. Mais que lire ? Dites-vous bien qu’il n’y a pas que les romans étrangers pour progresser dans la langue, en réalité, toute lecture est bonne à prendre. Sur vos paquets de céréales, shampoings, sans oublier la presse bien entendu.

Le dictionnaire, l’allié de poids

Lorsque que vous ne savez pas un mot dans une langue, cherchez-le. Ce sont les mots que vous apprenez par vous-mêmes que vous retiendrez le mieux. Soyez curieux, ne restez pas sans savoir.

Les films

C’est un support intéressant, cependant faites bien attention, ce n’est pas une méthode optimale. Il ne suffit pas de rester assis dans son canapé avec un film en version originale pour bien parler une langue. Il faut l’apprendre activement pour que ce soit optimal.

Prendre des notes

Gardez une trace de ce que vous apprenez, le cerveau imprime mieux en écrivant des sortes de cours plutôt que de vous contenter de lire ou d’entendre quelque chose.

La régularité

Pour que cela fonctionne, il faut être régulier dans son apprentissage. Il faut savoir qu’une langue se doit d’être entretenue, sinon elle se perd. L’écueil le plus courant au même titre que le manque de régularité, c’est tout simplement l’abandon. Ne pas abandonner, sinon vous aurez perdu tous les efforts que vous auriez fait jusque-là.

L’auto-évaluation

Autodidacte, c’est-à-dire – pour faire court – sans professeur, signifie que personne n’est là pour vérifier vos acquis, et donc vous ne vous rendez pas forcément compte des erreurs que vous faites et du volume exact de connaissances que vous avez réussi à assimiler. Donc, auto-évaluez-vous ! Prenez vos notes, et faites des phrases avec, ensuite traduisez-les sans regarder vos notes. La traduction est efficace.

L’immersion à l’étranger

On ne peut parler d’apprendre une langue sans parler d’immersion. Assurez-vous d’avoir quelques acquis dans la langue du pays, et partez à l’aventure ! C’est peut-être l’une des méthodes les plus efficaces pour parler une langue correctement. Par contre, restez loin de votre langue maternelle si vous voulez que cela marche, être trop en contact avec des gens de même nationalité que vous ou qui essaient de vous parler dans votre langue peut vous piéger. Vous choisirez la solution de facilité dans une situation et n’essayerez pas de former vos phrases dans la langue étrangère.

Les commentaires sont fermés.

A lire aussi :