Comment gérer sa colère ?

Comment gérer sa colère ?
2
March
2018

S’énerver, c’est naturel. Mais lorsque vous êtes pris d’accès de colère soudains et dévastateurs, cela peut devenir handicapant. Vous ruinez votre santé mentale, votre santé physique, et même vos relations amicales, familiales et amoureuses. Mais comment gérer cette colère qui vous prend soudain à la moindre contrariété ? Si la colère peut cacher d’autres problèmes, voici quelques conseils utiles pour la contrôler.

Comprendre votre colère

Pour maîtriser sa colère, il ne suffit pas d’inspirer profondément et d’attendre, il faut comprendre pourquoi vous êtes en colère.

Observer votre colère

Apprenez tout d’abord à observer les moments où la colère se manifeste. S’il y a une raison particulière pour que vous vous mettiez en colère et si certains éléments aggravent vos réactions. Un conseil, tenez un journal de bord en quelque sorte où vous recenserez chaque jour les moments où vous vous mettez en colère et la raison pour laquelle cela est arrivé. Le fait d’écrire noir sur blanc la raison pour laquelle vous vous êtes mis en colère à un moment donné vous permettra de vous rendre compte de l’utilité ou de l’inutilité d’un tel état.

Sachez quand ça va trop loin

Si s’énerver est naturel, il faut savoir que vos accès de colère ont des limites. Lorsque vous êtes en colère, menacer, insulter ou frapper sont des signes que vous ne la contrôler absolument pas. Les insultes, les menaces et les gestes violents peuvent mettre à mal vos relations. Le mieux, c’est d’en parler à son médecin pour trouver une solution adéquate. Si vous consommez régulièrement de l’alcool ou de la drogue alors que vous êtes sujet à des accès de colère sachez qu’ils peuvent être décuplés sous leur emprise.

Contrôler sa colère sur le vif

Alors, comment réussir à contrôler sa colère lorsqu’elle arrive sans crier gare ?

S’isoler quelques instants

Lors d’une situation conflictuelle, rien ne vous oblige à vous énerver et à réagir sur le vif. Ne laissez pas la colère prendre le dessus, surtout lorsque vous êtes en public ou au travail. Le mieux, c’est de s’isoler un moment pour réfléchir. Si quelqu’un vous provoque et que vous sentez la colère monter en vous, compter jusqu’à dix dans votre tête pour vous calmer. Restez poli et allez vous isoler dans une autre pièce, et avant de laisser éclater la colère, pensez aux conséquences.

Techniques de relaxation immédiates

Lorsque vous êtes en colère, votre cœur accélère considérablement. Pour vous calmer immédiatement, faites cet exercice de respiration discret : inspirez profondément pendant trois secondes et expirer pendant trois secondes. Concentrez-vous uniquement sur les chiffres et répétez l’exercice jusqu’à ce que vous soyez calmé. Si cet exercice ne suffit pas, pensez à un endroit paisible où vous pouvez vous réfugier mentalement, la mer, la montagne, un environnement qui vous rappelle le bien-être.

Contrôler des accès de colère chroniques

Vous êtes souvent en colère ? C’est alors plus compliqué à gérer sur le moment ; il vous faudra une solution de fond pour pouvoir gérer cette colère.

Le sport, un réel défouloir

La colère ne doit pas être retenue. Mais il faut trouver le bon moyen pour pouvoir vous défouler sans danger et sans conséquence. Quoi de mieux que le sport comme défouloir ? Le sport sécrète des endorphines, hormones du plaisir, et vous aide à vous calmer. Sur le long terme, le sport à de réels bienfaits, non seulement sur l’aspect physique mais aussi sur le moral. Course à pied, natation, musculation, vélo, basket-ball, boxe ou danse, mais aussi des pratiques plus relaxantes comme le yoga ou la méditation vous aideront à canaliser votre colère.

Dormez suffisamment

On ne le dira jamais assez, bien dormir, c’est très important pour la santé. Un manque de sommeil peut avoir des conséquences dévastatrices autant physiquement que mentalement. Sur le plan moral, un manque de sommeil peut entraîner une incapacité à gérer ses émotions et par conséquent sa colère. Le temps de sommeil idéal pour un adulte est de huit heures par nuit. Si votre quota de sommeil n’est pas rempli, ne vous étonnez pas d’être souvent sur les nerfs.

Leave a Comment:

Your email address will not be published. Required fields are marked *

A lire aussi :