Bientôt la fin de la livraison gratuite d’Amazon Belgique?

Bientôt la fin de la livraison gratuite d’Amazon Belgique?
16
septembre
2014

Pleins phares sur le géant de l’e-commerce en France, pays où le site s’est mis le syndicat des libraires sur le dos pour « concurrence déloyale ». D’origine Américaine, Amazon est maintenant devenu un des sites préférés des internautes pour leurs achats en ligne. C’est simple : le webshop propose de tout, absolument de tout; Du livre au numérique, du vêtement à l’électronique. Alors que se passe-t-il? Pourquoi cette médiatisation et surtout, que cela implique-t-il pour le consommateur?

Les frais de ports payants chez nos voisins

Accusé de « concurrence déloyale » par le Syndicat de la libraire française (SLF), Amazon propose actuellement toutes sortes de livres vendus avec une livraison gratuite, où que vous habitiez. C’est un crédo chez eux : La livraison est offerte pour tout colis, quel que soit le montant de la commande, le poids ou l’objet acheté. Il est possible, de façon neutre, de voir le pour et le contre du passage de cette loi :

  • Être pour la loi : Offrir les frais de port pour une vente de livres serait semblable à une vente à perte selon la concurrence. Sans compter les nombreux codes de réduction d’Amazon dans les deux pays (5% de réduction immédiate pour les adhérents).
  • Être contre la loi : « Cela pénalisera les consommateurs et menacera la diversité culturelle » (Romain Voog).

Et pour les Belges?

Il n’existe pas encore de site d’Amazon dédié 100% à la Belgique, les internautes dans notre pays doivent acheter leurs articles directement, soit sur le site Francais, et dans ce cas profiter ainsi des avantages du magasin en ligne, soit sur le site international en « .com », mais devront ainsi s’acquitter des frais de port exigés pour l’envoi du colis. Quant à savoir si le site va supprimer la livraison gratuite d’Amazon Belgique, nous le savons pas encore, après tout, il s’agit d’une loi Française, destinée à leur pays. Mais est ce que ce géant va considérer notre pays comme un marché en soi, avec des règles qui lui seraient propres? Affaire à suivre…

Les commentaires sont fermés.

A lire aussi :