Codepromotion soutient la Fondation de Recherche Alhzeimer

Codepromotion soutient la Fondation de Recherche Alhzeimer
24
juillet
2015

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer est la forme de démence la plus répandue chez l’Homme. Elle entraîne une dégradation progressive des capacités cognitives, qui débutent avec de simples étourderies et oublis mineurs, pour finir par des pertes de mémoire importantes, une irritabilité accrue, une perte de cohérence dans l’expression et des troubles des fonctions exécutives. Cette maladie, qui a été diagnostiquée la première fois en 1906 par le docteur Alois Alzheimer, n’a encore aucun remède. La médecine ne peut y apporter que des soins palliatifs, et les symptômes initiaux varient énormément d’un individu à l’autre, ce qui peut compliquer le diagnostic – nous y reviendrons.

Le combat de la Fondation Recherche Alzheimer

La menace posée par cette maladie, et le manque de solutions médicales concrètes à ce jour ont vivement incité la recherche médicale à redoubler d’efforts pour élucider le mystère des causes de cette maladie, encore très opaque. Un remède éventuel est également à l’ordre du jour et plusieurs pistes sont étudiées en ce sens. C’est précisément sur ce point qu’intervient la Fondation Recherche Alzheimer (Alzh.org), reconnue d’utilité publique. Sa mission consiste à soutenir la recherche sur la maladie d’Alzheimer, ses causes et les remèdes envisageables, mais aussi sur d’autres maladies cérébrales apparentées. Depuis le début de son combat en 1995, la fondation a pu reverser un total de 7,8 millions d’euros à la recherche médicale pour un total de 108 projets financés. Outre le financement, la Fondation Recherche Alzheimer se veut également être une source d’information libérée du tabou qui a longtemps affecté la maladie d’Alzheimer, par le biais de brochures et de publications.

Quels sont les symptômes de la maladie d’Alzheimer ?

On l’a vu, le diagnostic de la maladie d’Alzheimer est rendu délicat par les différences de symptômes d’une personne à l’autre. Il existe toutefois un certain nombre de facteurs qui peuvent inciter à la vigilance et amener à un diagnostic plus rapide. Pour commencer, le risque de contracter cette maladie augmente avec l’âge. Si des cas ont été observés dans les 40 ou 50 ans, c’est statistiquement à partir de 65 ans que la plupart des cas ont été diagnostiqués. Une personne sur dix serait atteinte à partir de ce seuil.

L’origine génétique de la maladie à début précoce a été clairement établie ; les précédents familiaux doivent donc être source de prudence. En revanche, il n’existe pas encore de preuve tangible reliant la génétique à la maladie d’Alzheimer à début tardif. Outre ces éléments, il existe d’autres facteurs susceptibles, sinon d’entraîner la maladie, au moins d’en augmenter la probabilité.

Parmi ceux-ci, on dénombre les commotions cérébrales, même légères ; si elles sont répétées, elles peuvent favoriser le développement de maladies neurodégénératives, dont fait justement partie la maladie d’Alzheimer. Le fait d’être une femme, ou d’avoir reçu un bas niveau d’éducation sont aussi avancés comme de possibles facteurs aggravants, bien qu’aucune statistique n’existe à ce jour pour le démontrer de façon infaillible.

Pourquoi et comment faire un don ?

La Fondation Recherche Alzheimer étant d’utilité publique à but non lucratif, elle repose entièrement sur les dons et legs privés. Etant donné l’ampleur du travail qui reste à accomplir avant de trouver un remède à cette maladie, couplé au nombre de personnes concernées, il semble tout à fait justifiable de participer à l’effort de guerre en soutenant la recherche par le biais de la fondation.

Outre l’intérêt de la recherche et de la santé commune, le site de la fondation permet d’effectuer des dons en ligne, soit par carte bancaire soit par virement, le site fournissant les codes du compte bancaire de la fondation. Votre don de 40 euros ou plus vous donne droit à une attestation fiscale. Les réductions d’impôt applicables sont généreuses ; à titre indicatif, un don de 40 euros, qui va financer une heure de recherche, ne coûtera que 22 euros au contribuable après la déduction.

Les commentaires sont fermés.