La Phytothérapie : se soigner au naturel

La Phytothérapie : se soigner au naturel
23
juillet
2017

La phytothérapie, c’est l’art de se soigner avec des plantes. A l’ère des recherches en médecine de plus en plus poussées,  du développement de produits complexes, et de traitements chimiques concrets, beaucoup reviennent aux méthodes traditionnelles. Autrefois, les médicaments n’existant que très peu, on prenait soin de son corps à l’aide de plantes. Beaucoup d’entre nous souhaitent revenir à cette « médecine naturelle », afin de préserver le corps de tout produit possiblement nocif. Elle est d’ailleurs considérée comme une branche à part entière de la médecine; sans compter que la plupart des médicaments connus aujourd’hui viennent des plantes.

La Phytothérapie : qu’est-ce que c’est ?

Des alternatives a nos médicaments? Oui c’est exactement le principe de la phytothérapie ! On vous explique d’où elle vient et ce quelle peut vous apporter.

Un savoir-faire millénaire

L’usage de la phytothérapie ne date pas d’hier. En effet, de nombreuses traces de cette médecine ont été retrouvées. Celles-ci nous permettent d’affirmer son utilisation aux alentours de 3000 ans avant Jésus Christ. Sur des tablettes d’argile, et gravés en cunéiformes, sont rédigés les usages de plusieurs plantes, comme la sauge, le chanvre ou encore le thym. Un papyrus égyptien découvert au 19ème siècle, le Papyrus Ebers, recueille les bienfaits des plantes sur la santé, et, est considéré comme l’un des premiers manuscrits médicaux ayant été écrits.

La nouvelle phytothérapie

La pratique a tout de même bien évolué. Aujourd’hui, les scientifiques cherchent directement les principes actifs des plantes pour les standardiser. Ces « phytomédicaments » ou « EPS » sont soumis aux mêmes réglementations que les médicaments normaux. Cependant, leur usage est très peu courant, on préfère la plupart du temps sa forme traditionnelle.

Soigner les maux du quotidien

La phytothérapie sert, le plus souvent, à soigner les maux les plus courants ou bénins, afin d’éviter l’ingestion inutile de médicaments chimiques. Certes, on ne peut pas demander à la phytothérapie de soigner les pathologies les plus complexes, mais, elle est très efficace pour soigner des maux tels que le rhume, les infections bénignes, l’anxiété, le surpoids, etc.  Par exemple, on utilisera du cranberry (ou canneberge) pour soigner les infections de l’appareil urinaire, le fenouil pour s’assurer d’avoir une bonne digestion, le thé vert pour la perte de poids, ou encore le gingembre pour éviter les nausées.

Mode d’emploi

Chaque plante possède différents modes d’application. Certaines préparations changent totalement les effets d’une plante. Ainsi on peut trouver plusieurs remèdes différents, à base d’une seule et même plante! C’est cela qui fait de la phytothérapie une médecine variée!

Sous quelle forme ?

Les modes d’administration sont divers. Ceux-ci varient en fonction de nombreux facteurs. Par exemple, pour assurer un bon fonctionnement des reins, on conseil le persil.  Cependant, il ne faut pas le prendre n’importe comment : en décoction uniquement! De la même manière, on recommande le thé vert en infusion, et le chanvre en cataplasme, pour prévenir plusieurs maladies de la peau. Pour des questions de goût, on peut opter pour l’ingestion de la plante, du fruit ou de la racine, ou bien les consommer sous forme de comprimés. Par exemple, pour profiter des bienfaits de la capsaïcine contenue dans le piment sans avoir la bouche en feu, il est préférable de le prendre en comprimés. Bien sûr, il ne faut pas oublier les huiles essentielles qui, en utilisation interne comme externe, offrent un concentré de bienfaits.

Précautions

Etant naturelle, on pourrait croire que la phytothérapie n’entraîne donc aucun effets secondaires, et ne nécessite aucune précaution d’emploi. Certes, on recense bien moins d’effets indésirables que lors de l’ingestion de médicaments, dont les principes actifs sont chimiques. Néanmoins, il ne faut pas oublier que les mélanges de certains végétaux peuvent s’avérer dangereux. Il vaut mieux s’adresser à son médecin avant de se lancer seul dans des traitements par les plantes. Par exemple, on remarque l’interférence des principes actifs du millepertuis avec ceux de la pilule contraceptive, réduisant, voire annulant complètement les effets de celle-ci. Plus dangereux encore, la décoction de persil pourrait entraîner des fausses couches. Quant aux huiles essentielles, la plupart ne doivent pas être avalées, mais seulement appliquées en petites quantités. Faites attention à l’automédication ! Il est préférable de s’en remettre à un professionnel de la santé pour avoir un avis sur les traitements phytothérapeutiques.

A lire aussi :